Connectez-vous

Vous n'êtes pas connecté(e).








» Inscription
» Mot de passe perdu ?

Covid-19 : les ports d’Outre-Mer ont établi des plans pour être opérationnels

Indispensables pour approvisionner les territoires isolés, les ports d’Outre-Mer ont dû s’adapter à l’urgence sanitaire, en établissant des plans de continuité de l’activité.

Dans un communiqué de presse, le Groupement des employeurs de main-d’oeuvre de Port Réunion a indiqué que même si certains acteurs économiques avaient été contraints de stopper leur activité, d’autres s’engagent à assurer l’approvisionnement des secteurs vitaux de l’île. C’est le cas notamment de la manutention portuaire qui a mis en place des dispositifs de sécurité sanitaire pour mener à bien sa mission.

Le Groupement des employeurs de Port Réunion indique assurer « la continuité des services en garantissant aux personnels, et notamment dockers, la sécurisation des opérations et la mise en place du Guide de bonnes pratiques édicté par le ministère des Transports et l’Unim ». Les personnels doivent respecter les gestes barrières, éviter les contacts avec les équipages, les personnes en charge de l’amarrage des navires. Ces consignes prévalent pour les pilotes, lamaneurs, remorqueurs et personnels du Grand Port Maritime.

Concernant les échanges de documents, la distance de sécurité doit être respectée « tout en favorisant l’échange informatisé des données tel qu’il est organisé par le support de Simar ».

Philippe LEMOINE, Président du Directoire du GPM Guyane, indique qu’un plan de continuité d’activité a également été mis en place à Dégrad-des-Cannes, où l’approvisionnement et le trafic maritime se poursuivent normalement. 

Le télétravail a été mis en place pour une partie des équipes et des rotations ont été organisées pour revenir au port si nécessaire. Chacun est invité à respecter les gestes barrières et à s’approvisionner en gel hydroalcoolique. 

Chaque acteur de la Place portuaire est opérationnel. Les Dockers, le Pilotage, le Remorquage assurent l’activité du port. Le service de dragage est actif dans un port où les navires peuvent être bloqués en l’absence de dragage durant plus de 48h. Les Transitaires et services des Douanes travaillent à distance, autant que faire se peut.

Philippe LEMOINE salue l’engagement des personnels pour maintenir l’activité portuaire tout en respectant de nouvelles contraintes de travail. Il reste vigilant sur quelques points jusqu’alors bien respectés. Ainsi le terminal ne doit pas être saturé par les importateurs qui ne peuvent venir chercher leurs conteneurs du fait de l’arrêt de leur activité. Ils doivent impérativement enlever et stocker les conteneurs chez eux pour libérer un maximum de place sur le terminal. Il en va de même pour les armateurs qui doivent retirer leurs conteneurs vides pour accueillir ceux qui sont essentiels pour approvisionner la population en denrées alimentaires notamment.

En Martinique, comme ailleurs, il a fallu s’adapter. Le télétravail a été privilégié, le terminal passager a été fermé. Dockers, ouvriers, portiqueurs, maintenance, pilotage, lamanage continuent de travailler mais pour limiter l’exposition, les horaires ont été adaptés, les shifts ont été allongés.

Jean-Rémy VILLAGEOIS, Président du Directoire du GPM de Martinique, s’attend à avoir des personnes touchées par le Covid-19. « C’est quasiment une organisation militaire, on est en organisation de crise. Une nécessité liée à la situation d’insularité, on est en ressources limitées ». Ainsi, si le commandant de port est présent, son adjoint a interdiction de venir au port. « On est tous seuls donc on économise nos gens. On se prépare à une crise longue » 

Le trafic reste soutenu après les perturbations liées aux mouvements sociaux contre la réforme des retraites. L’Outre-Mer est vulnérable aux ruptures dans la chaîne d’approvisionnement. C’est pourquoi il est impératif que les marchandises soient chargées en métropole. L’inquiétude n’est pas de mise, le terminal n’est pour l’instant pas saturé.

Depuis le 17 Mars 2020, le GPM de la Guadeloupe a mis en place un plan de continuité d’activité. Les bureaux ne reçoivent plus de public et des n° de téléphone ont été mis en ligne en cas d’urgence. Les activités de transport de passagers, croisières et inter-îles sont à l’arrêt. 

L’ensemble de la chaîne portuaire est opérationnelle, mobilisée sur le terrain ou en télétravail. Pas de problème d’approvisionnement pour l’instant. Le GPM a communiqué que « les équipes mettent tout en oeuvre pour assurer le meilleur service possible ». Le terminal de Jarry a connu une activité dense, que ce soit pour le déchargement des navires ou la livraison des conteneurs. 

« Les installations de Folle Anse permettent d’assurer l’acheminement des marchandises sur l’île de Marie-Galante deux fois par semaine, le mardi et le vendredi. Des escales sont prévues pour la livraison de marchandises en début de semaine au port de Basse-Terre ».

Source : Mer et Marine 27.03.2020 Hervé Deiss

 

Instantanés UMEP

Une synthèse quotidienne des articles parus dans la presse

Cliquez ici

La boite à outils

Retrouvez ici les notes émanant de l'Administration des Douanes aux Opérateurs

Cliquez ici