Connectez-vous

Vous n'êtes pas connecté(e).








» Inscription
» Mot de passe perdu ?

Le Port de Rouen et Sénalia se dotent d’un terminal céréalier de pointe

Communiqué de presse du Lundi 17 Décembre 2018, HAROPA – Port de ROUEN

Un chantier d’envergure se déroule depuis plusieurs mois sur le terminal céréalier de Grand-Couronne exploité par Sénalia. Le principal poste céréalier de HAROPA – Port de Rouen est modernisé et mis au gabarit du chenal de navigation approfondi.

Alors que le programme d’amélioration des accès maritimes touche à sa fin, HAROPA – Port de Rouen a lancé, dans le cadre de ce projet, la rénovation de plusieurs infrastructures portuaires. Le terminal céréalier de Grand-Couronne, exploité par le groupe coopératif Sénalia, figure sur la liste des infrastructures modernisées afin de tirer pleinement profit de l’approfondissement du chenal de navigation. Le principal terminal céréalier rouennais est modernisé, avec la construction d’une structure destinée à recevoir de nouveaux outillages de manutention. A l’issue des travaux, ce sera le poste céréalier le plus performant du Port de Rouen – et même l’un des plus modernes d’Europe – avec une capacité de chargement de 3 000 tonnes à l’heure.

L’investissement s’élève à 9 M€ pour HAROPA – Port de Rouen et à 11,5 M€ pour Sénalia.

UN PLANNING ETABLI AU JOUR PRES

Le terminal de Grand-Couronne, fermé à l’exploitation le 10 septembre, devrait être opérationnel le 10 janvier 2019. Pour HAROPA – Port de Rouen, cette période sans exploitation permet d’approfondir la souille du poste, de réaliser un nouveau front d’accostage et de construire la structure supportant les nouveaux outillages de manutention. Pendant cette même période, les outillages existants ont été démontés et 3 nouveaux portiques livrés par voie nautique. Ce chantier représente un défi technique pour les entreprises retenues, par Sénalia et le Port de Rouen, qui travaillent ensemble selon un planning établi au jour près. Tous les intervenants veillent à limiter au maximum l’arrêt du terminal, à favoriser l’avancée simultanée des différents travaux et de tenir la date du 10 janvier prochain pour la réouverture de l’exploitation.

«Ce chantier a nécessité une importante phase de préparation car il mobilise des moyens nautiques lourds. Il se déroule en parallèle des changements d’outillage et partiellement pendant l’exploitation. Pour coordonner les différentes tâches, nous avons dû mettre au point un phasage complexe, imposant de livrer certains ouvrages au jour près», indique Jérôme Vétillard, adjoint au chef du Service Etudes et Travaux d’Infrastructures de HAROPA – Port de Rouen, et chef de ce projet. « Le travail préparatoire a commencé il y a plus de deux ans, avec l’analyse des besoins et des contraintes de l’exploitant, la conception d’un projet réalisable rapidement, puis l’élaboration d’un phasage permettant d’établir les contrats avec les entreprises. Depuis juin 2017, les études d’exécution, la fabrication des ducs-d’Albe (*) et des poutres en béton armé, ainsi que le renforcement des berges par des pieux, ont été lancés successivement ».

La mise au nouveau gabarit du terminal s’est déroulée en trois étapes avec l’intervention du groupement d’entreprises ETMF et ETPO. Les services de HAROPA – Port de Rouen ont assuré la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre infrastructure, assistés par le bureau d’études ARTELIA. La première opération a consisté à renforcer les berges permettant de mettre la souille au nouveau gabarit du chenal. L’approfondissement est réalisé, en parallèle de l’exploitation, par la drague Jean-Ango, armée par le Port de Rouen et affrétée auprès du GIE Dragages Ports. Les fournitures structurantes, comme les poutres en béton armé, les ducs d’Albe ou les 340 mètres de rails de grue ont été installés selon le planning prévu.

La seconde phase concerne la réalisation d’un nouveau front d’accostage, qui va permettre de recevoir des navires de 260 mètres de long et de 46 mètres de large, avec un tirant d’eau pouvant atteindre 12 mètres. Les nouveaux ducs d’Albe de 2,20 mètres de diamètre, construits en Allemagne, sont mis en place. Il s’agit des plus gros équipements de ce type installés dans le Port de Rouen. La nouvelle structure permettant de supporter les 3 nouveaux portiques est également assemblée pendant cette période. Cet ouvrage en béton armé est constitué de 2 poutres de 1,9 mètre de haut et 180 mètres de long sur lesquelles sont scellés les rails des portiques. Cette poutre est fondée sur des pieux métalliques battus dans la Seine. Certains pieux avoisinent les 35 mètres de longueur. Jusqu’à 4 pontons, assistés d’une grue à tour, ont été nécessaires pour réaliser les différentes opérations de montage. En amont de ces opérations, Sénalia a réalisé les charpentes à terre permettant de raccorder ultérieurement les nouveaux portiques aux silos et démonté une partie des portiques existants.

DES PORTIQUES LIVRES PAR VOIE MARITIME

La troisième et dernière étape des travaux concerne l’installation de trois nouveaux portiques de chargement. Cette ultime phase sera suivie des travaux de finition. Sénalia va procéder également à l’adaptation de nouveaux convoyeurs d’alimentation des portiques de chargement des céréales. La livraison et la mise en place des portiques, construits par l’entreprise allemande Neuero, ont eu lieu aujourd’hui, lundi 17 décembre. Les matériels déjà montés sont arrivés hier à Grand-Couronne par voie maritime. A noter que les nouveaux outillages de manutention font appel à un système technique qui limite la diffusion de poussières lors des chargements des navires. Ce chantier complexe a permis aux équipes techniques de HAROPA – Port de Rouen d’acquérir une riche expérience et maîtrise qui seront mises à profit lors de la rénovation d’autres quais. Le terminal céréalier du groupe Soufflet à Canteleu sera ainsi le prochain chantier de modernisation sur 2019-2020. Autre investissement de Sénalia d’ores et déjà prévu : celui du déménagement de son siège social de Chartres vers Rouen dans le futur quartier Rouen Flaubert. Les premiers coups de pioche seront donnés à l’issue de l’Armada 2019 pour une livraison prévue entre fin 2020
et mi-2021.

* Ducs d’Albe : tubes d’acier ancrés dans le fond du chenal de la Seine, sur lesquels un navire peut venir
s’accoster et / ou d’amarrer.

 

LE HAVRE Normandie

UMEP Newsletter





Instantanés UMEP

Une synthèse quotidienne des articles parus dans la presse

Cliquez ici

La boite à outils

Retrouvez ici les notes émanant de l'Administration des Douanes aux Opérateurs

Cliquez ici