Connectez-vous

Vous n'êtes pas connecté(e).








» Inscription
» Mot de passe perdu ?

Modernisation de la ligne Serqueux-Gisors – Synthèse –

La situation actuelle

Aujourd’hui une centaine de trains de fret empreinte l’axe historique Le Havre-Rouen-Mantes-Paris (dans les deux sens confondus).

Entre Mantes et la grande ceinture parisienne ces trains circulent principalement de nuit en se répartissant suivant les travaux sur les deux rives de la Seine. Mais ces trains de fret rencontrent beaucoup de difficultés pour s’insérer dans les circulations voyageurs qui sont prioritaires et en perpétuelle augmentation. En outre, cette situation est alourdie par les plages de travaux nécessaires pour réaliser la maintenance d’une infrastructure vieillissante ou le développement de nouveaux projets ferroviaires. 

Un seul itinéraire de repli existe actuellement, celui de Serqueux-Amiens-Creil-Paris. Dans ce contexte, la modernisation du tronçon Serqueux-Gisors est essentielle.

 

LE PROJET

Créer un nouvel itinéraire fret pour renforcer la desserte ferroviaire du port du Havre et libérer de la capacité de trafic sur la ligne Paris – Rouen – Le Havre.

En effet, la part des modes massifiés en sortie des ports maritimes normands demeure très faible par rapport à nos concurrents comme Anvers et Rotterdam. Alors que le transport fluvial et ferroviaire représente 30 à 40 % de l’activité de ces ports, ils n’atteignent que 15 % pour les ports de Haropa, avec une part ferroviaire particulièrement faible, de l’ordre de 4 %.

Pour faire face à la concurrence des Ports du Nord de l’Europe, le Grand Port Maritime du Havre doit développer ses dessertes ferroviaires.

« Il s’agit d’un projet évident, crucial, d’intérêt général » déclarait Jean-Louis LE YONDRE, Vice-Président de l’Union Maritime et Portuaire, Président du Conseil de Développement du Port du Havre, PDG du Groupe Tramar en mars 2015. (Source : Plaquette de présentation du projet).

  

Travaux envisagés

Quatre priorités pour augmenter la capacité et la performance de la ligne :

serqueux

1) Réalisation d’un raccordement direct au sud de Serqueux

Pour créer un itinéraire compétitif et disposer d’une capacité suffisante en évitant aux trains de fret d’effectuer un retournement en gare de Serqueux (manœuvre très coûteuse en temps).

2) Mise en place d’un nouveau système de signalisation
Avec la mise en place du système BAPR : (Block Automatique à Permissivité Restreinte), pour accroître la capacité de la ligne en permettant aux trains de se suivre tous les 12 km.

3) Mise en place d’un nouveau système de télécommunication (GSM-R) entre le train le sol pour renforcer la fiabilité et la sécurité des circulations.

4) Electrification de la ligne pour offrir plus de liberté aux entreprises ferroviaires dans la gestion de leur matériel roulant et rendre véritablement interchangeables les itinéraires par l’axe historique et par Serqueux-Gisors.

 

Travaux en cours

Les travaux qui se déroulent actuellement sont des travaux de remise en état de la ligne. En effet, depuis 2009, le trafic ferroviaire entre Serqueux et Gisors a été suspendu à cause du mauvais état de la voie. Les trains ne pouvaient plus rouler qu’à 40 km/h, l’exploitation n’était donc plus pertinente. 

 

Objectifs : 25 trains par jour maximum (12 dans un sens, 13 dans l’autre).

Longueur : 500 à 750 mètres.
Vitesse : 100 km/h, sauf au niveau du raccordement de Serqueux (60 km/h).
Périodes de passage : la moitié entre 22h et 6h, l’autre moitié de jour.

D’après les évaluations en fonction des prévisions d’activité, de l’accroissement du trafic mondial de conteneurs et de l’attractivité du mode ferroviaire par rapport aux autres modes de transport, le Grand Port Maritime du Havre n’aurait pas besoin de plus de 25 trains par jour avant 2025. En tenant compte de l’optimisation du chargement des trains, ces 25 trains pourraient répondre aux besoins à plus long terme encore.

serqueux g

 

16.09.2015 – L’enquête publique est repoussée

L’enquête publique a été annoncée, dans un premier temps, au printemps 2015.

A la demande de M. le Préfet du Val d’Oise, SNCF Réseau poursuit le dialogue avec certaines communes pour préciser le projet de modernisation de la ligne Serqueux-Gisors et approfondir le dialogue sur ses mesures d’ac2compagnement en Ile-de-France. En conséquence, l’enquête publique, qui devait débuter en septembre 2015, a été repoussée.

Commentaire (La Lettre de Haute-Normandie 28.08.2015)

Ségolène Royal a-t-elle jugé prudent de différer sous la pression des élus franciliens très remontés? Toujours est-il que l’enquête publique sur la liaison fret Serqueux-Gisors, qui devait démarrer en septembre 2015 est reportée sine die… après les élections régionales. C’est un coup dur pour le chantier de modernisation de la ligne qui venait pourtant d’obtenir des crédits de la part de l’Union Européenne. Lesquels, rappelons-le, doivent être consommés dans un délai précis. S’il embarrasse SNCF Réseau contraint de réviser son planning de travaux, ce report devrait faire des heureux à Pontoise dont l’influent député-maire, l’avocat Philippe Houillon, agite la menace d’un recours en justice. Une réunion était est programmée en préfecture du Val-d’Oise le 

3 septembre 2015 pour faire le point sur le dossier. Réunion durant laquelle le report de l’enquête publique a été confirmé.

 

Le pays de Bray rejette la ligne ferroviaire fret Serqueux – Gisors

Source : Normandinamik – 30.11.2015

Le Conseil syndical du Pôle d’équilibre territorial et rural du pays de Bray s’est prononcé contre la modernisation des 50 km de la ligne « Serqueux – Gisors ». Les habitants redoutent de voir leur territoire coupé en deux par « un trait ferroviaire hermétique » et craignent la nuisance sonore provoquée par le passage de trains qui mesureront jusqu’à 750 mètres. Autre objet de mécontentement, la suppression de passages à niveau.

La fronde du pays de Bray rejoint le département du Val d’Oise que traversera également la liaison fret. Il s’agit pour eux de se faire entendre avant l’enquête publique qui doit se dérouler au premier trimestre 2016.

 

Organisation de L’enquête publique du mardi 8 mars 2016 au mardi 26 avril 2016 inclus

L’enquête concerne les préfectures de la Seine-Maritime, de l’Eure, de l’Oise, du Val d’Oise et des Yvelines, les sous-préfectures de Dieppe, des Andelys, de Pontoise, de Saint Germain-en-Laye et les communes suivantes :

Seine-Maritime : Serqueux, Forges-les-Eaux, La Bellière, Saumont-la-Poterie, Haussez, Doudeauville, Gancourt-Saint-Etienne, Cuy-Saint-Fiacre, Molagnies, Gournay-en-Bray, Ferrières-en-Bray, Neuf-Marché, Motteville,  Auzouville l’Esneval, Saint-Martin-aux-Arbres, Saussay, Ectot-l’Auber, Ancretiéville-Saint-Victor, Hugleville-en Caux, Saint-Ouen-du-Breuil, Beautot, Le Bocasse, La Houssaye-Béranger, Fresnay-le-Long, Etaimpuis, Bosc-le-Hard, Estouteville-Ecalles, Cottévrard, Critot, Rocquemont, Esteville, Montérolier, Mathonville, Bosc-Bordel, Sommery, Roncherolles-en-Bray, Tôtes, Montville, Maucomble, Buchy.

Eure : Bouchevilliers, Amécourt, Gisors.

Oise : Saint Quentin des Près, Saint-Germer-de-Fly, Saint-Pierre-ès-Champs, Sérifontaine, Eragny-sur-Epte, Talmontiers, Trie-château, Trie-la-Ville, Chaumont-en-Vexin, Liancourt-Saint-Pierre, Lierville, Lavilletertre, Bouconvilliers.

Val d’Oise : Chars, Brignancourt, Santeuil, Us, Ableiges, Montgeroult, Boissy-l’Aillerie, Osny, Pontoise, Saint-Ouen-l’Aumône, Eragny.

Yvelines : commune de Conflans-Saint-Honorine.

 

Les élus du sud du pays de Bray appellent à un rassemblement le 8 mars 2016

Source : Paris-Normandie – 03.03.2016

 Michel Lejeune, le Maire de Forges-les-Eaux, dénonce à nouveau  les nuisances liées au trafic de fret.  « On nous avait vendu la rénovation de la ligne en prévision du retour d’un trafic de passagers. Maintenant on nous annonce vingt-cinq trains de fret par jour… » Le Conseiller Départemental déclare : « C’est une ineptie financière, alors qu’un autre itinéraire déjà électrifié existe par Amiens et Longueau… »

Les élus préparent la riposte dans le cadre de l’enquête publique. Ils appellent les habitants à venir déposer des centaines de réclamations dans les mairies.

L’UMEP dépose une contribution en faveur du projet le 8 Avril 2016.

 

Ils soutiennent le projet

Le Conseil de Développement de Haropa-Port du Havre a décidé d’émettre un avis favorable à la modernisation de la ligne ferroviaire Serqueux-Gisors considérée comme une « priorité nationale absolue ». Le Conseil de développement du port de Rouen a fait de même.

Les Conseils de Surveillance des ports de Rouen et du Havre, jugeant le projet déterminant pour l’avenir du premier système portuaire français Haropa émettent un avis favorable.

Le Conseil d’administration de Ports de Paris s’est aussi prononcé en faveur du projet le 6 avril 2016.

La CCI Seine Estuaire adopte une motion en faveur de la modernisation de la ligne Serqueux Gisors en Assemblée Générale le 14.04.2016.

Le 04.04.2016, le Conseil Régional de Normandie soutient officiellement le projet de modernisation de la ligne Serqueux-Gisors.

 

Le dossier trouve un aboutissement grâce au travail des différents acteurs politiques et économiques

Si localement le projet a rencontré une forte opposition de la part des riverains et de certaines communes, en revanche il a bénéficié de l’approbation et du soutien de l’Exécutif au niveau Régional et National et d’acteurs politiques et économiques, grâce notamment aux actions de lobbying de la Communauté Portuaire Havraise et de l’Union Maritime et Portuaire en particulier.

Le projet a été déclaré d’utilité publique le 18 novembre 2016 par les différents Préfets à la suite de l’enquête publique qui s’était conclue par un avis favorable.

Le budget étant aujourd’hui bouclé, le chantier va pouvoir démarrer en septembre 2017.

 

Serqueux-Gisors « un des pendants non négociable du Canal Seine Nord »

Hervé Morin, Président de la Région Normandie, dans un communiqué du 20 novembre 2016, a rappelé que l’électrification de la ligne Serqueux-Gisors constituait « un des pendants non négociables du canal Seine Nord ». « Tout retard ou toute remise en cause du projet du chantier Serqueux-Gisors entraînera une mobilisation forte et par tous les moyens légaux de la Région Normandie pour faire obstacle à l’aménagement de ce canal qui donnerait alors un avantage compétitif majeur aux ports du Nord de l’Europe au détriment des ports normands et des industries de la vallée de la Seine. Les ports normands sont les ports naturels de Paris » a-t-il déclaré.

 

Le financement 

  • Région Normandie : 50 M€
  • Région Ile-de-France : 50 M€
  • Union Européenne : 78 M€
  • Budget total : 178 M€

 

Le programme de la modernisation prévoit, principalement :

  • la création d’un raccordement ferroviaire direct électrifié de 1,5 km à Serqueux,
  • l’électrification de la totalité de la ligne, avec mise au gabarit de ponts routes existants,
  • l’installation d’une signalisation automatique,
  • la suppression de 9 passages à niveau,
  • la mise en place de systèmes de télécommunications et d’aiguillage informatisé,
  • l’installation d’un système de contrôle des trains et la prise de mesures conservatoires pour

répondre aux normes d’interopérabilité des réseaux ferroviaires européens,

  • l’amélioration de l’accessibilité PMR en gare de Gisors
  • la réalisation de protections acoustiques.

 

Pour accéder au site dédié au projet (SNCF Réseau) :

http://www.modernisation.ligne-serqueux-gisors.fr/

Instantanés UMEP

Une synthèse quotidienne des articles parus dans la presse

Cliquez ici

La boite à outils

Retrouvez ici les notes émanant de l'Administration des Douanes aux Opérateurs

Cliquez ici