Connectez-vous

Vous n'êtes pas connecté(e).








» Inscription
» Mot de passe perdu ?

Catégorie

Catégorie

Catégorie

Catégorie

Catégorie

Catégorie

Catégorie

Catégorie

Catégorie

Catégorie

TIL INVESTIT 700 MILLIONS D’EUROS AU HAVRE

Catégories associées : Dynamique Portuaire, Terminal/Dépôt

La société TERMINAL INVESTMENT LIMITED (TiL), désormais seul actionnaire des terminaux de conteneurs de TPO/TNMSC au Havre, annonce aujourd’hui un programme d’investissement de grande envergure qui renforcera le rôle du port en tant que porte d’entrée du nord-ouest de l’Europe. Cet investissement de 700 millions d’euros induira la création sur les six années à venir de 900 emplois destinés aux travailleurs portuaires, mais aussi de 200 emplois pour le personnel de maintenance. Par ailleurs, il préparera le port pour un accueil hautement performant des plus grands cargos du monde, y compris la dernière génération de porte-conteneurs offrant une capacité de 24 000 EVP.

Ces plans de modernisation ambitieux sont le fruit d’un accord historique entre le syndicat des dockers, TiL et les terminaux TPO/TNMSC. TiL gère l’activité « terminaux » de MSC avec pour actionnaires principaux US Global Infrastructure Partners (GIP) et Singapore Government Sovereign Wealth Fund (GIC).

A l’occasion d’une visite de Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires et en présence d’Edouard Philippe, maire du Havre, M. Ammar Kanaan, directeur général de TiL, a insisté sur trois éléments clés qui, réunis, ont permis à TiL de consentir cet investissement : « Grâce à la certitude d’obtenir des volumes de marchandises de la part du n°1 mondial du transport des conteneurs MSC, ainsi qu’à l’accord de l’effectif portuaire local sur la mise à disposition de personnels pour soutenir la croissance et la productivité du port, et grâce aussi à l’engagement financier de TiL sur un investissement de cette importance, cette aventure extraordinaire a pu porter ses fruits. »

M. Ammar Kanaan, directeur général de TiL, ajoute : « En mettant en oeuvre cette initiative, nous serons à même de faire croître et de densifier notre capacité à accompagner Le Havre pour que le port devienne un point d’accès encore plus important pour le marché du transport de marchandises en France et au-delà. Afin de réaliser tout le potentiel du Havre en tant que porte d’entrée pour l’Europe, nous comptons sur le soutien de l’État français en ce qui concerne le développement associé de l’infrastructure du transport ferroviaire intermodal capable d’améliorer encore les liens entre nos terminaux de conteneurs et les chaînes d’approvisionnement européennes ».

« Dans son rôle de port de transit des marchandises, Le Havre a une histoire longue et glorieuse qui remonte au 16e siècle. Le Havre est déjà idéalement positionné sur le plan géographique lui permettant de proposer des infrastructures d’import/export pour tout le continent européen. Nous considérons que le développement de nouvelles liaisons par rail et voie d’eau rehausseront encore l’attractivité du port, boostant les volumes de marchandises que nous comptons traiter sur les décennies à venir».

Pour Edouard Philippe, maire du Havre et président de Le Havre Seine Métropole : « 700 millions d’euros d’investissement sur le port du Havre : TiL et le syndicat des ouvriers dockers ont conclu un accord historique, créateur d’un millier d’emplois et d’une croissance plus respectueuse de l’environnement. Cette décision confirme et renforce l’attractivité de la place havraise et constitue une chance pour la compétitivité et l’attractivité du pays tout entier ». 

TiL installe actuellement des portiques, doublant ainsi à 20 le nombre sur le terminal. TiL doit également tripler la capacité de stockage du terminal avec la mise en place de portiques de flotte au niveau de six postes à quai. Le projet de conversion doit s’achever d’ici 2028.

Le programme d’investissement intègre une composante essentielle de formation et de sécurité. MSC collabore avec les professionnels des différents secteurs en vue d’un accord sur les programmes d’éducation ou de formation professionnelle exigés par la mise en place des bonnes compétences pour
confronter les défis de ce projet exigeant.

Sources : Communiqué de Presse Haropa / Le Marin 08.07.2022. / Photo : Linkedin E. PHILIPPE

IMMOBILIER LOGISTIQUE : GOODMAN ET GEODIS SIGNENT POUR L’EXPLOITATION D’UNE PLATEFORME DE 30.000 M2 EN REGION LYONNAISE

Catégories associées : Logistique

Le 13 Avril dernier, Goodman et Geodis ont conclu un bail pour une plateforme logistique de 30.661 m2 située au Sud Est de Lyon, une région où le marché de l’immobilier est saturé. Une toute première collaboration en France pour les deux entreprises.

La plateforme, composée de 5 cellules de neuf portes à quais et trois rampes d’accès plain-pied chacune, est installée sur un terrain de 7 hectares. Elle comprend 811m2 de bureaux et de locaux sociaux. Son bâtiment est classé A et certifié BREEAM à un niveau « good ».

©Goodman

L’objectif pour l’opérateur est de renforcer ses capacités en prévision d’un fort développement de l’e-commerce :

« Les consommateurs exigent aujourd’hui un service de plus en plus rapide. Par Conséquent, disposer d’un emplacement stratégique à proximité des consommateurs, avec d’excellentes infrastructures de transport, est la clé du succès pour toute entreprise logistique »
Aurélien NOEL / Asset and Property Management – Goodman

A noter : Goodman prévoit une croissance de 26,5 milliards d’euros de vente sur cinq ans, soit 84,5 milliards en 2026 (contre 58 milliards en 2021).

Source : L’Antenne 11.05.2022.

UNE PLATEFORME XXL EN CONSTRUCTION POUR GOLDMAN SACHS

Catégories associées : Dynamique Portuaire, Logistique

Le groupe immobilier Panhard vient d’annoncer la Vente en Etat de Futur Achèvement (VEFA) d’une plateforme logistique de plu de 100.000 m2 à Goldman Sachs Asset Management.

Emplacement Stratégique

La plateforme comprend douze cellules de 6.000 à 12.000 m2, 4.000 m2 de bureaux et pas moins de 6.000 m2 d’aire de stockage pour les conteneurs. Elle est idéalement située sur le PLPN, dans le périmètre d’Haropa port et de la plateforme multimodale.

« Le Havre et son port en eaux profondes ont su maintenir une activité dynamique ces derniers mois, malgré le contexte sanitaire. On observe une carence d’offre en bâtiments logistiques neufs et aux meilleurs standards en matière de développement durable [panneaux solaires sur les toitures, récupération des eaux de pluie, prévention contre le risque d’inondation sur ces terrains situés dans l’estuaire, NDLR] sur la zone portuaire. […] Grâce à son envergure et à sa localisation, notre projet réunit tous les atouts pour séduire et répondre aux besoins immédiats des utilisateurs.

Ce qui justifie que nous puissions lancer ces installations en blanc », explique le Président du groupe Panhard. Les travaux de la future plateforme viennent de débuter et devraient durer une quinzaine de mois, pour une livraison prévue à l’été 2023.

Sobriété énergétique

Afin de respecter les engagements du groupe immobilier mais également de viser l’obtention de la certification BREEAM (première certification internationale d’évaluation environnementale des bâtiments), la structure sera équipée : d’éclairage leds, de détecteurs de luminosité, de bassins et espaces paysagers et de bornes de recharge électrique pour les véhicules. Le tout sous gestion technique centralisée.

Source : Paris Normandie 26.04.2022 / Photo : AgenceFranc1

VERS DES SUPPLY CHAINS TOUJOURS PLUS CONNECTÉES ET INTELLIGENTES

Catégories associées : Logistique

Le Centre de recherche sur le transport et la logistique devrait publier d’ici à l’été, un premier baromètre de la transformation des chaînes logistiques.

D’après Laurent LIVOLSI / Directeur du CRET-LOG, la période que nous vivons actuellement est très particulière : « les sources de transformations et les enjeux sont aujourd’hui multiples pour les chaînes logistiques, autour du développement durable et de la crise environnementale, de la digitalisation ou encore de la crise sanitaire et géopolitique ».

Des propos que corrobore Aurélien FANGET / Directeur de Shneider Electric France : « Les demandes de livraison sont de plus en plus rapides, fluctuantes, les produits plus personnalisés doivent être respectueux de la santé et de l’environnement, avec une grande exigence des consommateurs et matière de traçabilité. Les acteurs du secteur doivent ainsi se montrer agiles, réactifs et résilients ».

Sur le plan des nouvelles technologies, pour Laurent LIVOLSI, elles ne sont que « des moyens et il convient surtout de s’intéresser aux nouveaux usages qu’elles permettent », soit trois possibilités selon lui : L’amélioration des pratiques existantes, la transformation des pratiques à l’image de la désintermédation, la disruption des pratiques (grâce à l’IoT et aux blockchains) notamment pour passer à un modèle de pilotage en temps réel.

Pour le Directeur e-commerce de Carrefour, Mourad BENSADIK : « Dans l’e-commerce, notamment alimentaire, être connecté en temps réel est impératif pour répondre aux attentes des consommateurs, piloter les stocks, la planification des équipes et le suivi fin de la livraison du dernier kilomètre ».

Le coût d’accessibilité à ces technologies et la sécurité des données restent les points clés du déploiement de ces pratiques. Selon Fabien ESNOULT / Président fondateur de SprintProject, les chaînes logistiques entièrement connectées devraient émerger d’ici trois à cinq ans.

De son côté, Patrick REMORDS / JLL France appelle à réduire le nombre de camions, notamment en ville, et demande aux agglomérations de donner « un coup de pouce » pour la logistique de demain.

Source : Les Echos 05.04.2022.

BOLLORÉ CÈDE SES ACTIVITÉS LOGISTIQUES SUR LE CONTINENT AFRICAIN À MSC

Catégories associées : Logistique

Le groupe Bolloré vient d’annoncer officiellement la cession de ses activités logistiques en Afrique à l’armateur MSC.

Le groupe français a fait fortune dès 1986 en prenant le contrôle de la SCAC (Société commerciale d’affrètement et de combustible) lors de sa privatisation.

Après que Cyrille Bolloré ait succédé à son père en tant que PDG en 2019; la concurrence grandissante des opérateurs chinois et des investissements de plus en plus coûteux l’ont décidé à vendre la branche logistique africaine.

Cette dernière, qui emploie plus de 20.000 personnes et représente 2,1 milliards d’euros réalisés en 2020, suscitait de l’intérêt auprès d’autres armateurs tels que CMA-CGM et Maersk, mais le groupe français avait accordé une exclusivité à l’armement italo-suisse après que celui-ci ait transmis une offre de 5,7 milliards d’euros lors d’une période de négociation exclusive ouverte le 20 décembre dernier.

“L’acquisition de Bolloré Africa Logistics confirme l’engagement de long terme du groupe MSC pour investir en Afrique et renforcer les chaînes d’approvisionnement sur le continent, tout en le reliant au reste du monde”, a souligné l’armateur.

Source : L’Antenne 01.04.2022.

UMEP TV – Découvrez la Commission R&D

Catégories associées : Innovation, Transition énergétique

[A VOIR]

Découvrez le dernier numéro des vidéos présentant les Commissions de travail de la Fédération !

François LEBRETON vous présente la Commission Recherche et Développement qu’il préside et ses partenaires.

Les objectifs principaux de cette Commission sont la veille et l’étude des évolutions technologiques et environnementales. Les innovations susceptibles d’avoir un impact pour les Membres de la Communauté Portuaire sont au cœur de ses travaux.

UMEP : Une Communauté résolument tournée vers l’Avenir !

Plus d’informations sur : www.umep.org et @umepfederation sur Twitter et LinkedIn.

#UnitedKnowHow 

Sous-titrage intégré.

 

L’Institut Supérieur d’Études Logistiques de l’Université du Havre, École associée au réseau Polytech

Catégories associées : Formations Maritimes et Portuaires, Logistique

Ce mercredi 19 janvier, le réseau Polytech organise une cérémonie en virtuel et officielle de signature pour marquer l’association entre l’Institut Supérieur d’Études Logistiques (ISEL) de l’Université du Havre et le réseau Polytech.

Cette signature n’avait pas pu être célébrée en 2020 compte tenu du contexte sanitaire. L’ISEL officialise ainsi son statut d’école associée du réseau.

Emmanuel PERRIN, coordinateur du réseau Polytech, Pedro LAGES DOS SANTOS Président de l’université du Havre et Thierry DERREY, directeur de l’ISEL présenteront les grandes lignes du partenariat.

Rappelons que les écoles associées partagent des valeurs communes au réseau Polytech en s’engageant à travers une charte et en ayant un mode de fonctionnement proche de celui des 15 écoles membres.
« Une nouvelle école associée au réseau Polytech, c’est une ouverture et un enrichissement pour la communauté Polytech. L’ISEL est une école de référence dans le secteur d’activité de l’ingénierie logistique et elle forme des ingénieurs dans plusieurs spécialités. École interne de l’université du Havre, l’ISEL partage l’ensemble des valeurs
de la communauté Polytech, qu’elle vient enrichir par ses projets et son dynamisme », Emmanuel Perrin, directeur de Polytech Lyon et coordinateur du réseau Polytech.

« Pour l’ISEL rejoindre le réseau Polytech c’est se joindre à l’un des premiers réseaux français d’écoles d’ingénieurs de haut niveau. C’est accroître la visibilité et l’attractivité de l’école au niveau national et international. C’est aussi amplifier sur le territoire métropolitain Havrais et Normand l’offre de formation ingénieurs et accroître les mobilités. In fine, c’est partager dans les faits les valeurs des écoles Polytech pour répondre ensemble aux défis de demain”, Thierry Derrey, Directeur de l’ISEL.

Étoffer le panel de spécialités proposées par le réseau Polytech

L’ISEL, spécialisé en logistique, délivre des formations sur 3 campus de l’Axe Seine : une formation initiale d’ingénieur Génie logistique, sur le site du Campus logistique du Havre et 3 formations d’ingénieur en apprentissage Mécanique et production et Génie industriel en partenariat avec les ITII de Normandie (sur le Campus de l’espace
de Vernon – Eure) et Mécanique et production en partenariat avec l’ITII d’Ile de France (Campus Mécavenir – Puteaux).

Grâce à l’ISEL, le réseau Polytech proposera une plus large couverture géographique aux élèves et étoffera le panel des spécialités de ses écoles, qui proposent déjà une centaine de spécialités de cycle ingénieur dans 12 domaines.

L’association au réseau Polytech est enfin une approche en faveur de la consolidation des concours de recrutement, aussi bien au niveau post-bac (GeiPi Polytech) et CPGE (e3a Polytech) en particulier sur l’Académie de Normandie qui ne représente actuellement que 2% des candidats au concours GeiPi Polytech.

Partager les bonnes pratiques pédagogiques

L’ISEL bénéficiera de la forte structuration en réseau des écoles Polytech et de la fondation partenariale, grâce au partage des travaux des cinq commissions nationales et d’une dizaine de groupes de travail interagissant sur de larges thématiques (pédagogie, internationale, entreprises, DDRS, etc.). La crise sanitaire a démontré l’enjeu de collaboration entre écoles et de rapprochement à des réseaux dont le partage de pratiques apporte des solutions. 

 

A propos de l’ISEL
L’ISEL est une école d’ingénieurs publique interne de l’Université du Havre, créée en 1994. Elle accueille aujourd’hui 576 élèves-ingénieurs : 313 en formation initiale à dominante « génie logistique », sur le site du « Campus logistique du Havre » ; et 263 apprentis dans 3 formations : Mécanique et production et Génie industriel en partenariat avec l’ITII de Normandie (Campus de l’espace de Vernon) et Mécanique et production en partenariat avec l’ITII d’Ile-deFrance (Campus Mécavenir de Puteaux). L’école diplôme en moyenne 110 ingénieurs par an et son réseau de diplômés comprend plus de 1100 ingénieurs.

Depuis 2009, l’école dispose d’un centre de transfert en modélisation logistique et déploie actuellement une plateforme en ingénierie logistique afin d’intégrer les avancées du numérique appliqué à la logistique.

 

A propos du réseau Polytech
Le réseau Polytech rassemble à ce jour 19 écoles d’ingénieurs universitaires, composé de 15 écoles membres et quatre écoles associées : l’ENSIM, l’ESGT du Cnam, l’ESIREM et l’ISEL. Elles relèvent toutes du service public de l’Enseignement supérieur et de la recherche, dont les diplômes sont habilités par la Commission des titres d’ingénieur. Ces écoles partagent les mêmes valeurs : Respect et ouverture ; Exigence et créativité ; Responsabilité et transparence ; Anticipation et esprit d’équipe.
Les écoles membres du réseau Polytech, avec leur expérience de travail collaboratif depuis presque vingt ans, leurs pratiques communes, la définition et la mise en pratique de standards pédagogiques, portent des formations d’ingénieurs innovantes, inscrites dans un environnement socio-économique complexe et mondialisé. Au
quotidien, plus de 250 personnes s’investissent dans des groupes réseau, cinq commissions nationales et une dizaine de groupes de travail.

Les écoles Polytech disposent d’une organisation conforme aux standards internationaux, de facultés d’ingénierie au sein d’ensembles universitaires et d’un adossement à des laboratoires de recherche de premier plan.
La formation Polytech est aujourd’hui reconnue par les entreprises, par les élèves qui adhèrent à la marque Polytech, et par les tutelles locales et nationales qui citent l’exemple du réseau en matière de réussite et d’accompagnement lié à la diversité des profils en cycle préparatoire et ingénieur.

Cette co-construction de statut d’école associée Polytech, par le partage de bonnes pratiques, s’inscrit dans cette logique de rayonnement.

Pour consulter le Communiqué de Presse ICI

UMEP TV – Découvrez la Commission Procédures

Catégories associées : Innovation, Innovation, Innovation

[A VOIR]

Découvrez cette nouvelle capsule des vidéos présentant les Commissions de travail de la Fédération.

Le Président de la Commission, Jean-Yves FRANCO, vous présente cette Commission et ses partenaires.

Le rôle de celle-ci est d’imaginer et concevoir les procédures communautaires encadrant le passage des marchandises transportées par voie maritime au Havre.

Son ambition ?

> poursuivre l’amélioration continue de la fluidité et de la sécurisation du passage de la marchandise sur le territoire portuaire du Havre.

UMEP : Une Communauté résolument tournée vers l’Avenir !

Plus d’informations sur : www.umep.org et @umepfederation sur Twitter et LinkedIn.

Sous-titrage intégré.

Création d’un futur entrepôt logistique pour IKEA France sur le port de Limay-Porcheville

Catégories associées : Logistique

IKEA France, lauréat d’un appel à projets organisé par HAROPA-Ports de Paris, est désormais titulaire d’un terrain de 16ha sur le port de Limay-Porcheville en vue de la création d’un entrepôt logistique à Limay (78). Ce nouveau centre de distribution client permettra de soutenir la croissance de IKEA, tout en contribuant à son ambition de développer son activité de
manière durable.

Ce terrain public d’environ 160 000 m², dont HAROPA-Ports de Paris est propriétaire, permettra à IKEA de développer un centre de distribution clients d’environ 72 000 m² de surface plancher. Le projet représente un investissement pour IKEA de 120 millions d’euros. Idéalement situé à l’ouest de l’Ile-de-France, il permettra de réapprovisionner les magasins de centre-ville à Paris et de livrer les clients de IKEA ayant fait une commande en ligne ou en magasin. Il couvrira une vaste zone allant de l’Ile-de-France pour la grande majorité des livraisons, à des régions de l’ouest de la France. Sa mise en service est prévue pour 2026.

Grâce à ce terrain à la localisation exceptionnelle, IKEA développera un projet logistique intégrant des solutions adaptées à ses besoins.
Cet entrepôt vise également l’exemplarité d’un point de vue environnemental. Il a pour ambition d’être certifié BREEAM® niveau « Very Good » grâce à une conception optimisant la consommation énergétique, favorisant l’utilisation de matériaux de construction vertueux et avec l’implantation de plus de 28 000m² de panneaux photovoltaïques en toiture. Le projet intégrera également un important volet paysager pour assurer le respect et le développement de l’écosystème dans lequel il s’intégrera, en revégétalisant la zone avec 30 000m² d’espaces verts et la plantation d’une centaine d’arbres.

Le site de Limay est stratégique pour développer une logistique durable et multimodale pour IKEA grâce à sa proximité avec la Seine et l’autoroute A13. Ce site viendra soutenir l’ambition de l’enseigne de développer des livraisons via le fleuve pour ses clients. La livraison fluviale a plusieurs avantages pour IKEA France. Elle permet d’accéder au centre de Paris en  s’affranchissant de la congestion urbaine et donc d’offrir des délais de livraisons sûrs. Elle offre également l’opportunité de livrer les clients avec des solutions zéro émission, grâce à une combinaison de véhicules électriques et de transport fluvial. Des solutions sont déjà testées depuis septembre 2020, en collaboration avec HAROPA-Ports de Paris, à partir du dépôt de Gennevilliers (92).

Paris, et plus largement la région Ile-de-France, est un marché prioritaire pour IKEA France. IKEA
développe une stratégie omnicanale, qui repose sur un équilibre entre ses points de  contact physiques et digitaux, pour répondre aux besoins de ses clients. La création de ce nouveau centre de distribution sera indispensable pour IKEA pour soutenir le développement de son activité, notamment e-commerce, et proposer à ses clients des livraisons rapides, fiables et durables.

« Cette signature est symbolique à double titre. Elle confirme l’attractivité de l’offre logistique portuaire en Ile-de-France, mais aussi la pertinence économique de la logistique fluviale de distribution pour desservir le Grand Paris. A l’échelle de l’axe Seine, l’implantation d’une enseigne aussi prestigieuse que IKEA sur le port de Limay concourt au rééquilibrage logistique vers l’ouest francilien et au développement de la multimodalité. Nous nous réjouissons de la confiance que nous accorde IKEA France en venant développer ce projet ambitieux et novateur. » souligne Antoine Berbain, directeur général de HAROPA-Ports de Paris 

Emma Recco, directrice du développement de l’activité et de la stratégie IKEA, déclare : « Je suis très fière de signer aujourd’hui la convention avec HAROPA-Ports de Paris pour la création de cet entrepôt à Limay. Nous poursuivons un partenariat de qualité, impliqué et engagé sur le long-terme qui sera un atout majeur pour les projets innovants que nous souhaitons porter. IKEA France s’est déjà engagé à livrer 100% de ses clients parisiens en solution zéro émission d’ici fin 2021, et partout en France d’ici 2025. Cet entrepôt novateur permettra de concilier sur le long terme le développement de notre activité, notamment e-commerce, et cette ambition de logistique durable

 

Source : Communiqué de presse HAROPA en date du 10.05.21

 

Le GIE FRANCE PCS lance ses travaux et offre des solutions concrètes à l’Administration Française pour booster la compétitivité logistique nationale

Catégories associées : Innovation, Logistique, Non classé

Lancé en fin d’année dernière, dans la droite lignée des recommandations du rapport Hémar-Daher, France PCS poursuit sa mission au service de la compétitivité logistique française en rappelant notamment l’avance considérable du pays en matière de digitalisation de la supply chain et en travaillant avec les services de l’Etat pour poser les bases de la nouvelle plateforme numérique du commerce extérieur français.

La performance de la logistique d’un pays repose entre autres, sur la capacité des nombreux acteurs de la supply chain à connaitre et anticiper la position et le statut de sa marchandise dans la chaine et à échanger de l’information de manière fiable, sécurisée et instantanée.

Rappel : La France est championne des solutions digitales portuaires & logistiques

Les PCS Made in France (AP+, Ci5 et S)ONE), déployés depuis plus de 35 ans par les membres de France PCS, dans les principaux ports français, ont été créés pour répondre aux besoins de fluidité, de sécurité et de traçabilité de la marchandise pour les professionnels privés et les administrations publiques : Douane, autorités
portuaires, services vétérinaires et phytosanitaires.

Aussi, les acteurs logistiques français bénéficient des systèmes les plus avancés au monde tant en termes technologiques que fonctionnels. Ces systèmes sont adaptés aussi bien pour les ports ayant des trafics importants que pour les ports de plus petite taille quel que soit le type de trafic : conteneurisé, conventionnel, vrac ou ro ro. Ceux-ci sont pleinement intégrés dans la stratégie nationale portuaire et améliorent la compétitivité de tous les acteurs de la chaîne en garantissant :

  • L’accélération du passage de la marchandise grâce à l’automatisation des procédures et à l’élimination de processus
    inefficaces ;
  • La sécurisation de la chaîne logistique en fournissant des informations fiables en temps réel ;
  • L’augmentation de la productivité par la réduction des coûts d’exploitation (gestion documentaire, accès à l’information, déplacements…) ;
  • La simplification et l’optimisation des processus pour une meilleure fluidité des échanges d’information et des mouvements de marchandises ;
  • L’élargissement de la traçabilité de la marchandise et l’anticipation des formalités de dédouanement, permettant des gains au niveau des franchises de stationnement à l’import p. ex. ;
  • La sécurisation des recettes de l’Etat grâce à la transparence et l’interopérabilité avec les systèmes des douanes françaises ;
  • Le Pilotage de l’information pour mesurer la qualité de service globale des ports et des chaines logistiques avec la mise en oeuvre de Key Performance Indicators (KPI) et le recueil des informations transmises aux autorités portuaires à des fins statistiques pour le commerce extérieur de la France ;
  • L’amélioration de l’indicateur « Doing Business » français au sein du Logistics Performance Index (LPI) de la Banque Mondiale.

Pour Dominique LEBRETON, Délégué Général de France PCS, « La France a de formidables atouts à faire valoir dans le cadre de la digitalisation des processus logistico-portuaires. Son expertise digitale devrait être reconnue comme moteur de l’attractivité des ports grâce à un engagement collégial des acteurs publics et privés de la logistique. France PCS souhaite mettre ses savoir-faire au service des administrations françaises. Nos équipes ont déjà engagé des actions pour la standardisation des flux de données, la cartographie de la cybersécurité du commerce extérieur français ou la mise à disposition d’un guide EDI France. Elles sont porteuses de nombreux projets faciles et rapides à mettre en œuvre pour booster la compétitivité du pavillon France.»

Des propositions concrètes en faveur de la compétitivité portuaire française pour accompagner la transition digitale de l’Etat

Les PCS apportent des moyens digitaux de qualité dans les ports, néanmoins les services à rendre au commerce extérieur sont encore nombreux et les membres des administrations peuvent d’ores et déjà bénéficier des solutions existantes sans multiplier les projets et les plateformes numériques.

France PCS travaille donc actuellement avec les services de l’Etat sur la co-construction d’une plateforme digitale du Commerce Extérieur. Cette plateforme aura une mission universelle et devra être ouverte au plus grand nombre (PME et Start-ups) pour connecter et faire émerger des services innovants à valeur ajoutée pour l’écosystème logistique français avec comme premiers jalons applicables dès aujourd’hui :

  • Un tracing marchandise mutualisé sur l’ensemble des ports français basé sur le guide EDI élaboré par France PCS et fourni aux services de l’Etat ;
  • La création du Security Operations Center (SOC) logistique national pour renforcer la cybersécurité du commerce extérieur français ;
  • Le renforcement les liens étroits avec les SI régaliens, et notamment douaniers, grâce aux travaux sur la standardisation des messages à l’échelle nationale effectués par France PCS ;
  • La capitalisation sur les KPIs développés depuis plus de 10 ans pour créer l’Observatoire National de la performance Portuaire et mesurer efficacement les effets de la politique portuaire ;
  • Le déploiement du Guichet Unique Maritime (Règlement EU 2019/1239) en s’appuyant sur les outils et les savoir-faire français disponibles et faire du pays le site pilote européen de ce règlement ;
  • La mise en place, d’un point de contrôle unique aux frontières pour optimiser les contrôles phytosanitaires et vétérinaires, à l’échelle du pays, en collaboration avec les Douanes, la DGAL et la DGCCRF, comme recommandé dans le rapport Hémar-Daher.

Si l’Etat en confirme sa volonté, la France pourrait rapidement rattraper son retard, regagner des places dans les classements internationaux, être en ligne avec le nouveau Code des Douanes de l’UE à l’horizon 2022 et atteindre des performances logistiques à la hauteur de ses ambitions tout en étant reconnue comme précurseur des technologies de l’information au service de la compétitivité logistique.

Source : Communiqué de Presse PCF – SOGET 16.03.2021

 

LE HAVRE Normandie

UMEP Newsletter

Instantanés UMEP

Une synthèse quotidienne des articles parus dans la presse

Cliquez ici

La boite à outils

Retrouvez ici les notes émanant de l'Administration des Douanes aux Opérateurs

Cliquez ici