Connectez-vous

Vous n'êtes pas connecté(e).








» Inscription
» Mot de passe perdu ?

Catégorie

Catégorie

Catégorie

Catégorie

Catégorie

Catégorie

Catégorie

Catégorie

Catégorie

Catégorie

AXE SEINE : INVITATION EXCEPTIONNELLE – CONFÉRENCE DE PRESSE

Catégories associées : Dynamique Portuaire

 

Compte tenu du contexte sanitaire, cet évènement se déroulera en ligne. Cliquer ici pour rejoindre le direct.

Gouvernance portuaire : SeinePort Union, les Régions Normandie et Ile-de-France et les CESER Normandie et Ile-de-France alertent le Conseil d’Etat

Catégories associées : Dynamique Portuaire

Les Régions et les CESER de Normandie et d’Ile-de-France ainsi que SeinePort Union, qui regroupe les Communautés  Portuaires de l’Axe Seine (LE HAVRE-ROUEN-PARIS) ont alerté le Conseil d’Etat sur la gouvernance du futur établissement portuaire de l’Ase Seine.

Après l’alerte de l’Union Maritime et Portuaire de France (UMPF), ces entités souhaitent un équilibre entre l’Etat, les Collectivités locales et territoriales, et les représentants du Privé au sein du Conseil de Surveillance du futur HAROPA. Cet équilibre devrait tenir compte des participations financières de chacun et de leurs compétences, afin de refléter la réalité des engagements et implication de chaque acteur.

Compte tenu de leurs engagements financiers significatifs, les deux Régions devraient pouvoir disposer chacune de deux sièges au sein de cette organisme de gouvernance. Les intercommunalités disposeraient de trois sièges.

Les CESER sont légitimes à intégrer le Conseil d’Orientation de l’Axe Seine, dont leurs objectifs et missions se rejoignent.

Concernant la Commission des Investissements, trois Commissions devraient être créées, une par Conseil territorial.

Selon SPU, les Régions et CESER, cette décision semble contraire aux objectifs de coordination des investissements poursuivies par la création d’un établissement portuaire regroupant les trois ports de l’Axe Seine. Ainsi, la création d’une Commission des investissements unique, co-présidée par les deux Présidents de Région, serait la garantie de l’efficacité et du pragmatisme poru le développement et la compétitivité d’HAROPA.

Cliquez ici pour prendre connaissance du courrier

 

Source : Courrier SPU/Régions Normandie et Ile-de-France/CESER Normandie et Ile-de-France au Consiel d’Etat 02.04.2021

 

SOGET et TK Blue lancent S)One Green

Catégories associées : Informatique Portuaire, Prestation de Transport

SOGET, éditeur de solutions digitales pour la facilitation du commerce extérieur, a lancé le service S)One Green, en partenariat avec l’agence de notation et de labellisation TK Blue.

Il permet aux entreprises de mesurer, certifier et diminuer l’impact de leur activité sur l’environnement.

Philippe MANGEARD, Président, explique que depuis 2011, TK Blue mesure la performance environnementale des transports.

« Nous nous sommes rapprochés de la SOGET pour offrir un service customisé aux opérateurs de transport, chargeurs, commissionnaires et logisticiens qui veulent améliorer leur performance ».

Hervé CORNEDE indique que S) One Green extrait les données d’expédition à partir de S) One et calcule les émissions de gaz à effet de serre et de polluants pour chaque expédition. Un rapport précis sur l’empreinte environnemental est ensuite transmit à chaque client.

Mélanie MIET, responsable transport des Galeries Lafayette, rappelle qu’en 2020, le Groupe a défini sa stratégie carbone avec un objectif de réduction de 30 % d’ici 2024. En 2019, le Groupe a émis 2 400 t de CO2 avec son activité transport BtoB. 64 % sont émis par le maritime et le fluvial, 30 % par le routier et 6 % par l’aérien. Un plan d’action a été mis en place pour supprimer le fret aérien. Le Groupe a travaillé à la réduction des émissions avec les compagnies maritimes et a optimisé la flotte de véhicules routiers, grâce à des camions fonctionnant au GNV et BioGNV. « Nous nous dirigeons vers une utilisation plus soutenue du BioGNV », indique Mélanie MIET.

Cliquer ici pour plus d’informations

Sources : Communiqué de Presse SOGET 07.01.2021 , Ports et Corridors 14.04.2021

UMPF : l’Union Maritime et Portuaire de France en appelle à la raison

Catégories associées : Dynamique Portuaire

Le Président de l’UMPF, Michel SEGAIN, lance un appel aux Instances Gouvernementales : « Notre Fédération nationale regroupe sept Unions Maritimes et Portuaires métropolitaines et cinq Unions ultra-marines.

Nous représentons tous les corps de métiers liés à nos activités de l’Economie Bleue : des Compagnies Maritimes, de Service aux Navires, des Entreprises de Manutention, des Logisticiens, des pôles de maintenance et de réparation navale, des acteurs de pré et post acheminement, jusqu’aux intérêts des Commissionnaires de Transport et des Commissionnaires en douanes, Représentants des Importateurs et Exportateurs.

Nous portons la voix de ces Entreprises qui investissent des moyens humains, techniques, financiers et organisationnels sur les territoires portuaires et au-delà. La voix de ces Entreprises implantées en France et dont les activités dépendent totalement du contexte International dans lequel elles jouent un rôle de premier plan.

Nous représentons le savoir-faire de quelque 2 000 Sociétés et de près de 180 000 professionnels issus du Privé qui oeuvrent quotidiennement au développement de leurs activités, de leurs compétences, de l’emploi, au service des intérêts de toutes les forces de notre nation.

Malgré cette représentativité, ce poids économique conséquent, notre Fédération n’a jamais été approchée de près ou de loin pour participer à la création de l’établissement public de l’Axe Seine et qui doit être ratifiée par le Conseil d’Etat prochainement.

Cette création revêt un rôle majeur dans la structuration de la gouvernance portuaire de demain, qui supplantera la stratégie nationale portuaire pour laquelle nous avons été entendus et qui n’a toujours pas été publiée.

En conséquence, nous portons une requête ce jour devant le Conseil d’Etat, afin qu’une relecture du texte soit faite et que la voix des entreprises privées soit enfin entendue.

Il n’est pas acceptable que ce texte soit passé en catimini sans que tous les partenaires soient présents. »

Contact presse : contact@umpf.org

Source : Communiuqé UMPF du 23.03.21

Formation : Semaine de l’emploi Maritime du 29/03 au 02/04/2021

Catégories associées : Formations Maritimes et Portuaires

Pôle Emploi et ses partenaires organisent la Semaine de l’Emploi Maritime qui se déroulera du 29 Mars au 2 Avril 2021.

Plusieurs manifestations se dérouleront dans 13 régions de France et d’Outre-Mer, visites d’entreprises, forums de recrutement, découverte des métiers.

Cet évènement a pour objectif de faire découvrir les métiers de la mer et d’aller à la rencontre d’entreprises qui recrutent, ainsi que de mettre en relations avec les organismes de formations.

La France est dotée d’un des plus grands domaines maritimes au monde, ce qui représente un potentiel de développement économique majeur. La Semaine de l’Emploi Maritime permet de faire découvrir les métiers maritimes pour inciter les jeunes à se tourner vers eux qui sont très variés. Pôle Emploi indique que la filière vise un million de salariés d’ici la fin de la décennie.

La conférence d’ouverture accueillera Annick GIRARDIN, Ministre de la Mer, Frédéric MONCANY de SAINT-AIGNAN, Président du Cluster Maritime Français (CMF) et Thierry LEMESLE, Directeur Régional Pôle Emploi Occitanie. Des webinaires et manifestations sont par ailleurs organisés dans les différentes régions de France. De nombreuses thématiques seront abordées durant cette semaine, à l’image du développement durable dans l’emploi maritime, du multimodal.

La formation sera bien sûr évoquée, avec un état des lieux des formations existantes, des compléments à acquérir pour intégrer cette filière avec une première formation, et des moyens de financements possibles.

Au Havre, l’UMEP est partenaire d’un évènement porté par Le Havre Port Center et Pôle Emploi durant cette semaine dédiée à l’emploi maritime.

Ainsi, une Webconférence se tiendra le Mardi 30 Mars 2021, de 14h à 16h.

Des professionnels interviendront pour présenter les métiers, les opportunités d’emplois et répondre aux questions.

Professionnels, vous-souhaitez y participer ?

Contactez-nous à l’adresse suivante : contact@umep.org

Sources : Twitter UMEP – Ports et Corridors 25.03.2021

Amélioration de l’accès fluvial à Port 2000 : Nouvelle étape de concertation

Catégories associées : Dynamique Portuaire

Dans le cadre d’une démarche de concertation volontaire engagée par HAROPA – Port du Havre, sous l’égide de la Commission Nationale du Débat Public, une réunion ouverte à tous est organisée le 31 mars prochain sur l’amélioration de l’accès fluvial à Port 2000.

Un état d’avancement des études et travaux menés avec les partenaires, dont la réalisation de la chatière, et les étapes à venir y seront présentés.

 

POURQUOI AMÉLIORER L’ACCÈS FLUVIAL À PORT 2000 ?

Sur les dix dernières années, en moyenne 85% des conteneurs qui arrivent ou partent du Havre transitent par la route, 5% par le rail et 10% par le fleuve. La progression du report modal est un enjeu fondamental de compétitivité pour les Ports de l’axe Seine Le Havre, Rouen et Paris (HAROPA), qui seront regroupés, à partir du 1er juin prochain, sous un seul établissement portuaire unique d’Etat.

C’est également un enjeu environnemental majeur : le transport fluvial émet 2,5 fois moins de CO2 à la tonne transportée que le transport routier (émission de CO2 par tonne.km : 40 g par le fleuve contre 95 g par la route).

OBJECTIF 2025 : ATTEINDRE 20% DE REPORT MODAL SUR LA SEINE

Au-delà de la création de l’infrastructure dite de la Chatière et afin de poursuivre le développement du transport combiné fluvial, HAROPA et Voies navigables de France (VNF), ont lancé un plan de compétitivité du transport fluvial sur la Seine illustré par cinq chantiers thématiques :

  • améliorer l’efficacité et le coût des chaînes logistiques passant par le terminal multimodal ;
  • mutualiser les moyens de transport des opérateurs fluviaux ;
  • baisser les coûts de manutention sur les terminaux maritimes pour les trafics fluviaux ;
  • améliorer les conditions et performances de navigation des bateaux fluviaux sur la Seine ;
  • améliorer la motorisation des bateaux pour réduire les consommations et consolider l’avantage écologique du transport fluvial par rapport au transport routier.

Des actions et avancées spécifiques ont été menées par HAROPA, VNF et les opérateurs sur l’ensemble de ces chantiers. Elles seront illustrées en détail lors de la réunion publique du 31 mars.

 

LA CHATIÈRE, MAILLON ESSENTIEL DE LA COMPÉTITIVITÉ FLUVIALE DE LA SEINE

La réalisation de la chatière, qui consiste en la création d’une digue de 2 km permettant de relier Port 2000 au port historique et ainsi offrir un chenal de navigation protégé pour toute la flotte fluviale, s’inscrit également dans ce plan de développement du transport fluvial.

Les étapes d’inscription du projet de chatière dans la programmation des investissements du port, puis la consolidation du plan de financement et la poursuite des études en vue de la préparation d’un dossier de demande d’autorisation, ont successivement été franchies, ce qui amène aujourd’hui HAROPA – Port du Havre, maître d’ouvrage du projet, à engager une dernière phase de réunion publique avant enquête publique.

L’objectif de mise en service de la chatière au 1er janvier 2024 marquera ainsi le parachèvement de Port 2000 en complémentarité de la réalisation des deux derniers postes à quai (Postes 11 et 12), actuellement en travaux.

Le plan de financement de la chatière :
Etat : 3,6 M€
Région Normandie : 82,75 M€
Europe : 24,9 M€
HAROPA : 13,75 M€
Total : 125 M€

 

DES ÉTUDES ENVIRONNEMENTALES DU PROJET AFFINÉES

Depuis 2019, un groupe de travail environnemental s’est réuni trois fois avec des experts et institutionnels environnementaux. Ces séances ont permis des échanges sur les études complémentaires menées en vue de la finalisation de l’étude d’impact environnemental qui sera déposée fin avril auprès des services de l’Etat.

Ces derniers mois, des études complémentaires ont été réalisées notamment pour préciser les impacts environnementaux de la chatière afin de répondre à des questions formulées par des acteurs pendant les phases de concertation :

  • Une campagne de sondages géotechniques et géochimiques, complémentaires à la première campagne de 2016, a été menée avec FUGRO et EUROFINS au cours de l’été 2019. Elle confirme les quantités de matériaux à draguer et permet d’optimiser le volume de sédiments non immergeables à extraire. Elle permet également de valider la possibilité d’utiliser les matériaux du site, conservés suite aux travaux de la première phase de Port 2000 pour la construction de la digue, en ce qui concerne son soubassement et son noyau central, ce qui représente plus de la moitié des volumes nécessaires.
  • Une étude hydro-sédimentaire a été menée par le bureau d’études ARTELIA sur un modèle 3D et avec une durée de modélisation de 6 ans : la comparaison des scenarii avec ou sans chatière conclut à des impacts sur les courants et les fonds très faibles et extrêmement localisés.
  • Une étude d’impact a été menée sur les nourriceries à partir d’un modèle de l’équipe d’experts pluridisciplinaires du GIP Seine-Aval : la zone où sera implantée la chatière n’apparaît pas comme une zone propice aux nourriceries (bar, sole, etc.) en raison des vitesses de courant dans la zone.
  • Des compléments ont été menés sur les inventaires terrestres et maritimes permettant de connaître les espèces (faune et flore) présentes pouvant être impactées en phase travaux, des mesures spécifiques seront proposées dans l’étude d’impact.

La réunion publique du 31 mars organisée sous l’égide de la garante de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), Mme Marianne Azario, permettra d’exprimer en détail ces études et de recueillir les avis sur le projet.

LES ÉTAPES À VENIR

  • 31 mars 2021 : réunion publique

     

  • Fin avril 2021 : dépôt de l’étude d’impact de la chatière

     

  • Automne 2021 : enquête publique permettant à tous d’accéder au dossier de demande d’autorisation environnementale unique.

     

  • 1er semestre 2022 : autorisation de travaux et démarrage des opérations

     

  • 1er janvier 2024 : mise en service de la chatière.

Le mot de la garante

« A l’issue d’une concertation préalable relative à l’amélioration de l’accès fluvial à Port 2000 menée en 2017/2018 sous l’égide d’un garant, du bilan rendu public de cette procédure, de la publication de la décision du maître d’ouvrage d’inscrire le projet de chatière dans les investissements du port du Havre et d’ouvrir 5 chantiers avec les acteurs concernés en faveur du développement du transport fluvial de conteneurs maritimes ; la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) m’a désignée afin de garantir la bonne information et la participation du public jusqu’à l’enquête publique.

Cette phase de concertation « post-concertation préalable » se déroule en général sur un temps long, au fur et à mesure de l’avancement du projet. Le rôle du garant consiste à veiller à ce que le public soit régulièrement informé des résultats des discussions et des études et puisse donner son avis.
La crise sanitaire que nous vivons depuis février 2020 nécessite l’adaptation des processus participatifs à ce contexte exceptionnel, l’important étant d’assurer la complémentarité des modalités de participation, ce afin de garantir à toute personne concernée la capacité d’exercer son droit fondamental à l’information et à la participation. A l’issue de cette post-concertation, un bilan sera établi et joint au dossier d’enquête publique. »
Marianne Azario, garante

Photomontage représentant la chatière : digue d’1,9 km et chenal de 100 m de large.

 

Informations pratiques :

  • Pour en savoir plus sur l’accès fluvial à Port 2000 : suivez ce lien
  • Lien vers invitation à réunion publique le 31 mars de 16 h 30 à 19 h
  • Numéro de téléphone mis à disposition des toute personne qui souhaite poser (autrement que par internet) des questions sur le projet : 0 805 292 160

 

Source : Communiqué de Presse Haropa 22.03.2021.

Gouvernance Portuaire : Michel SEGAIN en appelle au Président de la République

Catégories associées : Dynamique Portuaire

Michel SEGAIN, Président de l’Union Maritime et Portuaire de France (UMPF) en appelle au Président de la République pour faire entendre la voix du Privé afin d’être inclus « au cœur du moteur des ports français », c’est-à-dire au sein des Instances de la gouvernance portuaire.

Dans un courrier adressé le 12 Mars 2021 à Emmanuel MACRON, Michel SEGAIN fait part de sa consternation sur le fait que les Unions Maritimes et Portuaires ne disposent que d’une voix consultative au sein des Conseils de Développement portuaires et qu’elles ne soient pas présentes aux Conseils de Surveillance.

En ce qui concerne le futur établissement portuaire de l’Axe Seine, HAROPA, né de la fusion des ports du Havre, de Rouen et de Paris, il en sera de même au sein des Conseils de Développement Territoriaux et Conseil de l’Axe. Rien de nouveau donc par rapport à l’actuelle gouvernance, ce que déplore le Président de l’UMPF, refusant un système « tourné vers l’entre-soi qui ne permettra pas de recouvrer les trafics gagnés par les ports concurrents sur notre propre hinterland ».

Ainsi, il rappelle la loyauté du Privé et son expertise au service d’un territoire pour lequel il fait des investissements coûteux et qu’il souhaite dynamiser, en étant associé aux décisions. C’est la condition pour pérenniser le développement des ports français.

Le projet de loi porté par le Sénateur VASPART avait apporté l’espoir d’avoir été entendu. Un espoir balayé d’un revers de main au regard du projet de décret sur le futur HAROPA qui doit passer sous peu devant le Conseil d’Etat.

Selon Michel SEGAIN, il s’agit d’une « erreur historique » alors que le Président de la République avait décidé la mise en place d’une Stratégie Nationale Portuaire qui n’avait encore jamais existé. « Le respect de tous les partenaires est le seul gage de réussite », ajoute-t-il.

Les sollicitations auprès des Ministères de la Mer et des Transports, qui ont été entendues, sont restées toutefois lettres mortes.

Enfin Michel SEGAIN rappelle les déclarations du Président de la République, à l’occasion des Assises de l’Economie de la Mer en 2019, concernant le développement des ports français : « encore faut-il ne pas faire bégayer l’histoire, et donc être au rendez-vous des investissements dont nous avons besoin ». Le Privé souhaite maintenant avoir l’occasion d’être au rendez-vous.

Alors qu’Emmanuel MACRON déclarait que cet investissement devait être fait collectivement, le Président de l’UMPF réaffirme que « les entreprises répondront présentes et qu’il apparaît juste que leur implication soit enfin reconnue et leur voix entendue et écoutée ». Les Places Portuaires doivent avoir un rôle plus décisionnaire dans ce collectif.

REPLAY WEBINAR : « HAROPA ET L’INTERNATIONAL, partager nos ambitions avec les Places Portuaires de l’Axe Seine »

Catégories associées : Dynamique Portuaire

Le 17 Mars dernier, HAROPA, soutenu par SeinePort Union (SPU), a proposé un webinar portant sur la présentation du réseau international HAROPA et les orientations 2021.

Animé notamment par Laurent FOLOPPE, Directeur Commercial et Marketing, ce fût l’occasion de présenter les marchés-cibles par pays, grâce aux interventions des Représentants internationaux d’HAROPA.

Cliquez ici pour voir ou revoir la vidéo en replay

Source : HAROPA Port du HAVRE 17.03.2021

Prévention des risques : Mise en place d’une information préventive sur la Zone Industrialo-Portuaire du Havre

Catégories associées : Dynamique Portuaire

Un nouveau panneau va apparaître sur la zone industrialo-portuaire du Havre (ZIP du Havre), à partir du 22 Février 2021. Encore inconnu du grand public, ce panneau a pour objet l’information préventive des usagers entrant dans une zone de danger potentiel.

En effet, la ZIP du Havre compte 16 sites SEVESO. A ce titre, elle est soumise à un Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT : voir ci dessous). Parmi les mesures de ce plan figure l’obligation d’informer les usagers des voiries du domaine portuaire. Le panneau sera implanté sur une vingtaine de points entrants de la ZIP, ainsi qu’à ses abords sur la commune de Gonfreville l’Orcher.

Ce travail de déploiement est le fruit d’un partenariat entre l’État, HAROPA Port du Havre, SYNERZIP LH, la communauté urbaine Le Havre Seine Métropole et ses communes concernées, notamment celle de Gonfreville l’Orcher, et les gestionnaires routiers. Il participe à la mise en oeuvre du PPRT et à la promotion
de la culture de la sécurité sur le territoire.

Pour mémoire, le Plan de Prévention des Risques Technologiques de la zone industrialo-portuaire du Havre, prescrit le 17 Février 2010 et approuvé le 17 Octobre 2016 par le Préfet, est un outil réglementaire qui participe à la politique de prévention des risques industriels en provenance des établissements classés « SEVESO seuil haut ». Il a pour objet essentiel de limiter les conséquences, sur les personnes, des accidents susceptibles de survenir dans les installations « SEVESO seuil haut ».

Pour répondre à cet objectif, le PPRT permet :

  • de contribuer à la réduction des risques à la source ;
  • d’agir sur l’urbanisation existante et future afin de limiter et de protéger les personnes des risques résiduels ;
  • de promouvoir la culture commune de la sécurité comme premier principe de protection des personnes.

S’agissant plus particulièrement des déplacements sur la ZIP, les mesures du PPRT comprennent :

  • l’interdiction de se stationner sur certaines routes de la ZIP (dans les zones de risques les plus importants) ;
  • la limitation de l’accès à la ZIP, voire l’interdiction de certaines voiries, pour les déplacements non nécessaires :
    • limitation du transit via les ponts rouge d’un côté et 7bis et 8 de l’autre ;
    • interdiction des piétons et vélos sauf accès aux entreprises (livraison, réunions ou domicile/travail) ;
    • information dans les bus et aux arrêts de transport en commun ;
    • information des usagers qu’ils entrent dans une zone de danger potentiel au moyen des panneaux prochainement implantés.

Source : Communiqué de Presse Synerzip-LH-HAROPA Port du Havre-LHSM-Préfecture de Seine-Maritime 24.02.2021 

 

5 projets retenus par la Commission européenne pour la décarbonation des transports

Catégories associées : Europe

Dans le cadre de l’appel à projets CEF Transport Blending Facility lancé par la Commission Européenne en Novembre 2019 afin de soutenir financièrement des solutions de décarbonation des transports et l’harmonisation de la signalisation embarquée dans les trains, la liste des cinq lauréats a été publiée. Le financement s’élève à 53 M€ et la Caisse des Dépôts ajoutera une enveloppe de 68,5 M€. Cinq projets ont été retenus, parmi lesquels trois concernent le fret.

SNCF Réseau a porté le projet d’harmonisation de la signalisation ferroviaire qui se voit attribuer 60 M€ dont 31 M€ de subventions européennes. Ce financement servira à installer le système européen de gestion du trafic ferroviaire (ERTMS) à bord de 252 véhicules, qu’il s’agisse de trains de voyageurs ou de locomotives de fret. Ces trains circuleront en partie sur le réseau ferroviaire français. La Caisse des Dépôts a précisé : « ce projet a été retenu parce qu’il contribue à renforcer la régularité des trains, leur sécurité, leur fréquence et le cas échéant leur capacité à franchir les frontières en Europe ».

Le projet MALTES (Multi ALternative Energies Stations), soutenu par Proviridis, prévoit le déploiement de 12 stations de distribution d’énergies et de carburants alternatifs sur le territoire français d’ici 2023 (hydrogène, électricité ou gaz naturel).

3,6 M€ de subventions et un prêt de la Caisse des Dépôts de 5,1 M€ lui sont attribués. Ce projet évitera l’émission de plus de 600 tonnes de CO2 sur 9 ans, luttant contre le réchauffement climatique. Grâce à ce maillage, les collectivités et les transporteurs pourront ainsi décarboner leurs flottes.

Le projet MULTICIT’HY, porté par Hynamics, filiale d’EDF spécialisée dans l’hydrogène, bénéficiera d’un budget de 8,9 M€ et une prise de participation de la Caisse des Dépôts de 18,5 M€ pour des stations de production et distribution d’hydrogène décarboné, par électrolyse de l’eau pour les transports terrestres, fluviaux et maritimes. L’objectif est de parvenir à une puissance cumulée d’électrolyse de 8 MW, soit une production potentielle de 3 200 kg/jour.

Les agglomérations de Belfort, Nice, Gardanne et Nantes Saint-Nazaire, concernées par ce projet, pourraient voir les émissions baisser de 20 000 tonnes de CO² par an au total.

Source : Actu-transport-logistique.fr 17.02.2021

 

5 projets retenus par la Commission européenne pour la décarbonation des transports

Catégories associées : Europe

Dans le cadre de l’appel à projets CEF Transport Blending Facility lancé par la Commission Européenne en Novembre 2019 afin de soutenir financièrement des solutions de décarbonation des transports et l’harmonisation de la signalisation embarquée dans les trains, la liste des cinq […]

Lire la suite

 

Brexit : Ursula VON DER LEYEN et Charles MICHEL ont signé l’accord

Catégories associées : Brexit

Ursula VON DER LEYEN, Présidente de la Commission Européenne, et Charles MICHEL, Président du Conseil Européen, ont signé hier l’accord commercial qui définira les relations entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne. La Royal Air Force emportera les documents jusqu’à Londres où Boris […]

Lire la suite

 

Brexit : Haropa et Ports de Normandie s’associent pour aider les transporteurs à se préparer au Brexit

Catégories associées : Brexit

Après avoir mené à bien les travaux permettant d’effectuer les contrôles douaniers tout en maintenant la fluidité du trafic au maximum et après plusieurs marches à blanc, les ports transmanche normands – Le Havre pour HAROPA et Caen-Ouistreham, Cherbourg et Dieppe pour […]

Lire la suite

 

Brexit : le port du Havre prêt pour le 1er Janvier 2021

Catégories associées : Brexit

Le Brexit prendra effet le 1er Janvier prochain, quel que soit l’accord qui sera trouvé entre la Grande-Bretagne et l’Union Européenne. Ainsi, les ports devront faire face à de nouvelles dispositions et de nouveaux contrôles imposés du fait que le Royaume-Uni sera […]

Lire la suite

 

Nouveau Portail Acces2Market : Exporter depuis l’UE, importer dans l’UE

Catégories associées : Europe

Nouveau Portail Acces2Market : Exporter depuis l’UE, importer dans l’UE Access2Markets fournit les conditions commerciales pour importer des marchandises vers l’UE et pour exporter des marchandises vers plus de 120 marchés étrangers. Les petites entreprises représentent 88% de tous les exportateurs de […]

Lire la suite

 

Cap sur Bruxelles !

Catégories associées : Europe

L’UMEP est heureuse de vous faire parvenir le numéro 0 de la nouvelle newsletter de la Fédération « Cap sur Bruxelles » ! Malgré ce contexte de crise sanitaire que nous traversons, l’Union Européenne continue d’avancer et l’UMEP souhaite l’accompagner. En effet, dans […]

Lire la suite

 

L’UE mobilise 25 millions d’euros pour la “chatière”

Catégories associées : Dynamique Portuaire, Europe, Fleuve, France, Marchandise

Des infrastructures plus sécurisées, plus intelligentes et plus écologiques La Commission Européenne souhaite investir 421 millions d’euros dans 69 projets qui amélioreront la mobilité des citoyens et des entreprises. Les projets seront soutenus par le Mécanisme d’Interconnexion en Europe (MIE) […]

Lire la suite

 

Le Plan Juncker – Synthèse –

Catégories associées : Europe

Mis en œuvre depuis 2015 et prolongé jusqu’en 2020, le plan d’investissement pour l’Europe, dit “plan Juncker”, vise à relancer l’investissement dans les pays de l’Union Européenne.   Les objectifs du plan JUNCKER Il avait pour objectif de mobiliser 315 milliards […]

Lire la suite

 

Le Paquet Mobilité – Synthèse –

Catégories associées : Europe, Marchandise, Prestation de Transport

Définition Le « Paquet Mobilité » ou « Paquet Routier » est le nom donné à trois règlements communautaires, les n° 1071, 1072 et 1073 /2009 qui concernent les conditions d’accès à la profession de Transporteur et les conditions  d’accès au marché du transport, […]

Lire la suite

 

Surveillance maritime : Brest postule pour un centre de surveillance maritime européen

Catégories associées : Europe

Avec le Brexit, Londres doit se séparer de deux centres de commandements d’opérations actuellement installés à Northwood (Royaume Uni).

Lire la suite

 

Bruxelles déterminée à réduire les déchets plastique des navires

Catégories associées : Europe, Réglementations Maritime

Le 16 Janvier dernier, La Commission Européenne a présenté un certain nombre de propositions pour réduire de manière globale les déchets de plastique et favoriser leur recyclage. Les navires de commerce et les bateaux de pêche sont concernés.    

Lire la suite

 

Brest accueillera la Journée Maritime Européenne en 2023

Catégories associées : Europe, Maritime

Brest sera la première ville française choisie pour accueillir la journée maritime européenne (*) le 20 mai 2023. En effet la ville bretonne a été sélectionnée par le conseil de l’Union Européenne pour accueillir cette journée de rencontres professionnelles et […]

Lire la suite

 

Union Européenne :

Catégories associées : Europe

Corridors de transport européens : un enjeu majeur pour les territoires.

Lire la suite

 

Les Européens prêts à renforcer le plan Juncker – Synthèse –

Catégories associées : Europe

Les Ministres des Finances européens,

Lire la suite

 

Vision 2030 Port de Rotterdam

Catégories associées : Europe, Maritime

GRANDS THÈMES

Lire la suite

 

Instantanés UMEP

Une synthèse quotidienne des articles parus dans la presse

Cliquez ici

La boite à outils

Retrouvez ici les notes émanant de l'Administration des Douanes aux Opérateurs

Cliquez ici